CE MATIN LA MER EST CALME

Ce matin la mer est calme

Journal d’un marin-sauveteur en Méditerranée

Antonin Richard

27 novembre 2020

Récit
978-2-490205-05-9
9€

La mer est un miroir que seule notre étrave vient troubler. Le ciel est voilé, mais la lumière est forte. L’atmosphère d’un gris métallique. Nous sommes en route vers notre dernier sauvetage avant de remonter vers le nord. Je suis tendu, ma tête se remplit de tous les « et si… » que je peux imaginer après les jours que nous avons vécus. Nous mettons les canots rapides à l’eau. À notre approche, la tension est palpable, les gens nous demandent si nous sommes de la police. On dégaine le speech habituel – « nous sommes ici pour vous aider ». Nos « invités » sont pleins de vie, et sans le savoir ils rallument notre motivation. Dans l’équipage, certains disent que ce n’est pas nous qui les avons sauvés, mais eux qui nous sauvent.

Par le récit de ses expériences du sauvetage en Méditerranée, Antonin Richard nous embarque là où la démagogie des politiques européennes fusionne avec la police des régimes dictatoriaux. Là, aussi, où celles et ceux qui font vivre la camaraderie marine apprivoisent quotidiennement la mer – et s’activent pour laisser aux personnes qui migrent le droit de se donner un présent et un avenir.

L’auteur : Avec un BTS en audiovisuel et une licence de journalisme en poche, Antonin Richard ne se destinait pas à devenir marin-sauveteur. C’est au contact du film documentaire qu’il stimule sa conscience politique et son besoin d’agir. Il collabore avec la coopérative « Les Mutins de Pangée », participe à la réédition d’Afrique 50 de René Vautier ‒ premier film anticolonialiste français ‒, au montage d’Une histoire populaire des États-Unis d’Olivier Azam et Daniel Mermet, et au tournage de Merci Patron ! de François Ruffin. Antonin adhère au « cinéma d’intervention sociale » pensé par René Vautier, qui implique d’« agir sur le développement du réel, jusqu’à le transformer ». Dans cet esprit et avec le collectif de femmes gens du voyage d’Hellemmes-Ronchin, il réalise le documentaire Nos poumons c’est du béton qui dénonce leurs conditions de vie sur un terrain de la métropole lilloise.
En 2016, Antonin lâche sa caméra et part à Lesbos avec les activistes de Greenpeace pour participer aux opérations de sauvetage en mer. Il rejoint l’équipe de sauvetage de Médecins sans frontières, puis embarque comme marin-sauveteur sur plusieurs navires d’ONG (Sea-Watch, MSF, SOS Méditerranée) au large de la Libye. Il concourt à la préparation technique de l’Ocean Viking en 2019 et, plus récemment, à celle du Louise Michel en 2020.